L’Arabe du futur, tome 5 – de Riad Sattouf

Mon avis

C’est le tome 5 de la série, le petit Riad est adolescent, finie l’enfance. Finie d’autant plus que le tome 4 s’était terminé avec un événement terrible, l’enlèvement de son petit frère par son père. Riad est maintenant l’homme de la famille – et malheureusement presque l’adulte de la famille.

Riad vit maintenant en Bretagne avec sa mère et son premier frère. Son père est lui reparti en Syrie, avec le plus petit. En tournant les pages, je ressens une profonde pitié pour cette mère dévastée, qui tombe dans une dépression profonde mais aussi beaucoup d’inquiétude parce qu’elle délaisse presque totalement ses enfants pour ne se consacrer qu’à son petit dernier. 

Riad Sattouf dessine sans complaisance une situation qui existe trop, le désespoir d’une mère et l’abandon total d’une administration déjà noyée sur des dossiers similaires. Le problème de Madame Sattouf n’entre pas dans les cases, on ne peut rien pour elle. Se dessine alors chez la mère une transformation, qui était déjà sous-jacente dans les tomes précédents : une haine profonde s’installe, mal dirigée cependant. Mme Sattouf oublie que c’est un homme qui fait le mal et c’est alors tous les arabes qui en prennent pour leur grade… Et c’est le petit Riad qui se donne tous les jours pour mission de faire sourire sa mère et d’être le meilleur appui pour elle.

Heureusement, il y a un monde, en dehors de la maison, où Riad peut être un adolescent “normal” : le collège. Et là, le dessinateur se place en observateur, plutôt objectif, de la société adolescente. Dans un dernier moment d’innocence, Riad découvre les premiers émois amoureux et sexuels, se fait des amis fidèles, développe son talent pour le dessin. 

Mais comment se construire avec un père absent (ou plutôt omniprésent dans sa toxicité) et une mère dépressive. Car devenir grand trop tôt c’est petit à petit se déconnecter du monde qui nous entoure. C’est terrifiant, juste et très fin.

Ah oui, c’est drôle aussi ! C’est quand même Riad Sattouf !!

« Je m‘appelle Riad. En 1992, j’avais 14 ans et je n’étais pas terrible. »

La 4ème de couverture

Riad a 14 ans, ses cheveux blonds ont disparu, et il a un physique difficile. À la fin du tome précédent, son père s’est enfui en Syrie avec son plus jeune frère, Fadi. Tandis que sa mère utilise tous les recours légaux pour récupérer son fils, Riad poursuit son exploration de cet âge pénible qu’est l’adolescence et se réfugie dans le paranormal. Il devient copain avec les exclus de sa classe, qui lui font lire Lovecraft, et rencontre Anaïck, la femme de sa vie. Grâce au dessin, il arrive à se faire – un peu – respecter. Mais il a du mal à trouver sa place, partagé entre l’envie d’être comme les autres et sa mauvaise conscience venue de Syrie, qui se rappelle à lui à travers les voix de son père et de ses cousins…

Allary éditions

1
Avis lecture BD L'arabe du futur
1

L’Arabe du futur – Riad Sattouf (tome 5)
Editeur : Allary éditions, 2020
Prix : 22,90€

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.