Rien n’est noir, de Claire Berest

Mon avis

Bleu, rouge, jaune, Rien n’est noir.

C’était donc ma dernière lecture de 2020, livre refermé à 18h56 le 31 décembre, au bord des larmes. Je vous raconte pas la tête de la belle-famille quand je les ai tous rejoint avec ma tête d’enterrement pour fêter fin de cette douzaine de la m****.

Rien n’est noir, tient plus du roman que de la biographie et c’est très bien. Claire Berest nous invite à vivre aux côtés de Frida Kahlo le long de sa courte vie. C’est l’histoire d’une volonté, c’est l’histoire d’une douleur, mais aussi une histoire d’amour. Frida Kahlo est une femme forte, effrontée, envoutante, provocatrice mais aussi infiniment sensible au monde, même depuis son lit de convalescence. Son monde qu’elle comprend et nous transmet à travers son incomparable palette de couleurs. 

Frida entre à la Prepa à 15 ans, c’est la première année que les jeunes femmes sont acceptées. Elle veut être médecin. Elle a ses amours, ses amis, son avenir pour rêve. Et puis arrive l’Accident. Un tram entre dans un bus, le bus dans lequel se trouve la jeune Frida. Elle a 18 ans et son corps se retrouve brisé. Oui mais pas son courage et sa force d’esprit qui, conjugués à d’intenses traitements la font se relever de ce lit de mort, et vivre ! A 20 ans elle séduit puis se marie avec Diego Rivera, peintre le plus connu du Mexique, ce Diego qu’elle aime plus que tout, plus que sa vie même. Ce Diego qui la trompe presque tous les jours.

Ensuite ? “C’est l’histoire de Diego et Frida, qui ne pouvaient vivre l’un sans l’autre. Ils habitaient dans une maison bleue en pain d’épice, et malgré toutes les épines qu’ils s’enfonçaient dans le corps, ils couvraient leur jour d’un rose fameux, que l’on ne trouve qu’au Mexique, un rose vibrant à éveiller les morts”.

Le texte est court, sûrement un peu trop court. Il y a beaucoup d’autres choses à dire de Frida et ne peut qu’avoir envie d’aller plus loin dans sa découverte !

« J’ai été victime de deux horribles accidents dans ma vie Diego, le premier c’est le tramway (…) l‘autre c’est quand je t’ai rencontré.

La 4ème de couverture

Frida parle haut et fort, avec son corps fracassé par un accident de bus et ses manières excessives d’inviter la muerte et la vida dans chacun de ses gestes. Elle jure comme un charretier, boit des trempées de tequila, et elle ne voit pas où est le problème. Elle aime les manifestations politiques, mettre des fleurs dans les cheveux, parler de sexe crûment, et les fêtes à réveiller les squelettes. Et elle peint.
Frida aime par-dessus tout Diego, le peintre le plus célèbre du Mexique, son crapaud insatiable, fatal séducteur, qui couvre les murs de fresques gigantesques.

Editions Le Livre de poche

1
Avis lecture Claire Berest
1

Rien n’est noir – Claire Berest
Editeur : Le Livre de Poche, 2020 (Première impression, édition Stock, 2019)
Prix : 7,40€

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.