Persuasion, de Jane Austen

Mon avis

J’ai eu un peu de mal à entrer dans l’histoire. Ce dernier roman de Jane Austen, dont on dit qu’elle n’a pas eu le temps de le relire, et publié à titre posthume par son frère, est le plus sombre que j’ai lu d’elle jusqu’à présent. 

On connaît la position sociale et financière de l’héroïne bien avant sa première apparition. Cette entrée dans un esprit tout à fait comptable m’a quelque peu déstabilisée au premier abord. Mais il me semble au final très bien choisi dans l’optique de nous faire découvrir et ressentir la situation de la discrète Anne Elliot. Dans un monde où seules les apparences comptent, dans une famille bien trop dépensière et imbue d’elle-même ou seule la beauté parfaite est admirée, Anne Elliot est une jeune femme bien trop discrète, bien trop effacée et tellement effaçable aux yeux de son père et de ses sœurs qu’elle semble être destinée à garder toujours un second rôle.

Et pourtant, Jane Austen en fait une héroïne tout à fait adorable. Peut-être un brin agaçante par tant de conciliante et de bonté. Mais bien heureusement, petit à petit, l’oiseau prend son indépendance. 

Comme d’habitude, l’histoire imaginée par Jane Austen parle de raison et de sentiments, de situations sociales, de rentes et de mariages. Comme d’habitude, on reconnaît les attitudes qui mènent aux quiproquos et retardent les déclarations. Et comme d’habitude, je frémis, je sautille comme une idiote lorsqu’enfin le moment arrive… Mais au-delà de douces romance et de la très belle écriture de l’autrice, Jane Austen c’est aussi des réflexions et des revendications sur la place de la femme en société et dans son propre foyer

J’ai adoré en lire dans la bouche de cette chère Madame Croft (non, non, son prénom n’est pas Lara), ces quelques mots bien placés : “[…] comme si les femmes étaient toutes de belles dames et non des être rationnels”. J’ai bien aimé également ces interrogations quand à la supériorité du jugement des gens mariés : “Une fois que les gens mariés se mettent à vous attaquer ainsi “oh ! vous changerez d’idée quand vous serez marié”, je ne puis que répondre : “non, vraiment ! ; ils répondent : “si vraiment” et tout finit là.” Ou encore, cette discussion tout à fait extraordinaire entre Anne et le Capitaine Harville sur la supposée inconstance des femmes ou des hommes en amour.

Et puis comment ne pas adorer détester ces odieux personnages que sont Sir Walter, Miss Elliot et Mary Musgrove.

« Comme si les femmes étaient toutes de belles dames et non des être rationnels”

1
Avis lecture & critique livre Jane Austen Persuasion
1

Persuasion – Jane Austen
Editeur : 10/18, 2020 (première édition 1818)
Prix : 7,10€

La 4ème de couverture

Depuis quand une jeune fille a-t-elle besoin qu’on lui dicte sa conduite ? Si elle s’est laissé persuader trop jeune de rompre ses fiançailles, Anne Elliot n’est plus dupe. Et lorsque son ancien amant réapparaît, auréolé de gloire, l’heure n’est pas à l’indécision. Pour Anne, il est temps de faire fi des convenances et de la vanité de son entourage !

Editions 10/18

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.