Le Iench, d’Eva Doumbia

Mon avis

« Ce pays est un corps malade.
Il me demande à moi de me fondre en lui et me refuse la fonte à la fois.
Je fais quoi de ça ?
Avec ça ? »

C’est une découverte forte que ce texte. Le sujet lui n’en est pas une. Et en même temps si.

Ce que c’est que d’être noir en France. Ce que cela peut impliquer de racisme quotidien, « ordinaire ». À quel point il peut être difficile de trouver sa place dans la société à l’heure de l’adolescence et après. Ce décalage qui existe entre la théorie de l’égalité et la réalité sociétale.

Je ne me sens pas la mieux placée pour juger le fond. Ce qui est sûr c’est que ce texte pour moi participe d’une prise de conscience. Qu’il m’a touchée, m’a révoltée, m’a fait monter les larmes aux yeux.

Pièce imaginée pour 10 personnes et un chœur, sa lecture ne me donne pourtant pas l’impression d’avoir du théâtre entre les mains. Très vite j’oublie la fiction et j’entre dans la réflexion et l’émotion qu’implique le texte.

Le rythme, l’enchaînement de ces scénettes de vie ordinaire qui mènent pourtant, inéluctablement, vers la fin. Ce refrain, le refrain quotidien, l’annonce qui passe presque inaperçue de toutes ces personnes qui sont mortes, en France, pour leur couleur de peau. Et cette question incessante : « Qui sera le prochain ? »

Je vous fais cette chronique sur l’instant où je referme le livre, avec cette impression d’urgence.

Encore une fois, je ne suis pas la mieux placée pour juger le fond. Ce qui est sûr, c’est qu’après cette lecture, je ne peux plus détourner les yeux.

Vous avez vu/lu cette pièce ?

« Qui sera le prochain ? »

La 4ème de couverture

L’année de ses onze ans, Drissa, Français d’origine malienne, emménage dans un pavillon de province avec ses parents, sa sœur jumelle et son petit frère. Il rêve sa famille conforme aux images des publicités. Deux voitures dans le garage, le repas du dimanche midi, le permis à dix-huit ans, danser en boîte de nuit, le baccalauréat et surtout un chien, le Iench. Mais parviendra-t-il à toucher du bout des doigts cette banalité et à échapper au rôle que la société lui assigne malgré tout ?

Editions Actes-Sud

1
1

Le Iench – Eva Doumbia
Editeur : Editions Actes-Sud Papier, Hors collection, 2020
Prix : 12,50€

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.