Mansfield Park, de Jane Austen

Mon avis

N’est-il pas quand-même un peu beaucoup révoltant ce roman de Jane Austen ??

La nouvelle héroïne de Jane Austen s’appelle Fanny Price. Elle est sans le sou, sans éducation, d’une santé chétive et surtout timide à l’extrême. A l’âge de 10 ans la petite est réclamée par son oncle et sa tante, riches, faisant là, à leurs yeux, preuve d’une grande miséricorde envers leurs parents pauvres. La petite est alors élevée avec ses cousines avec ordre de tenir son rang, évidemment bien en-dessous de tout.

La jeune fille a beau faire partie de la famille, on ne lui reconnaît pas d’existence propre. On pense pour elle et on parle pour elle. Elle a beau être présente, c’est comme si elle était tout à fait transparente.

Pendant 10 ans, Fanny grandit en spectatrice. Celle que personne ne remarque se fait fine observatrice de la société qui l’entoure. Petit à petit pourtant, et sous la houlette de son jeune cousin Edmond, la jeune femme se révèle. Toujours d’une timidité maladive et d’une grande humilité, c’est avec beaucoup d’amour, de droiture et de douceur qu’elle saura se faire une place et qu’on apprendra à l’entendre.

Alors certes, tout est bien qui finit bien, comme toujours chez Jane Austen. Mais que de violence psychologique l’autrice fait subir à sa jeune héroïne !

D’abord laissée dans un coin, puis tour à tour ignorée ou utilisée à outrance. N’ayant jamais son mot à dire. Sans cesse dénigrée par sa tante. Et jamais secourue ! On choisit ses amis, ses occupations, etc. On finit en plus par lui dire qu’elle ne sait pas ce qu’elle ressent pour celui qui la demande en mariage. Que ses propres jugements n’ont en somme aucune valeur !!

J’en veux presque à Jane Austen d’avoir imaginé cette histoire pour faire tant souffrir son personnage.

Au-delà du sadisme manifeste de Miss Austen 😈, j’ai trouvé ce roman bien moins bon que les autres. On ne peut que déplorer tant de répétitions et de circonlocutions pour dire en 3 pages ce qui aurait pu l’être – et de façon plus claire – en 3 lignes. Très peu aidé d’ailleurs par ses traductions. Je ne conseillerais sincèrement ce roman qu’à une personne qui aime déjà de façon inconditionnelle son autrice.

« Je considère que le mariage est, de toutes les transactions, celle au cours de laquelle on attend le plus des autres, et où l’on est soi-même le moins honnête. »

La 4ème de couverture

Sans richesse ni éducation, la jeune Fanny Price n’a rien pour séduire la bonne société anglaise. Pourtant, dans la faste demeure de Mansfield Park où l’a recueillie son oncle, il lui faut faire bonne figure. Entre frustrations et vexations, que sera-t-elle prête à sacrifier pour être acceptée dans le monde enjôleur de ses cousins ? Roman d’apprentissage précurseur, Mansfield Park est le plus surprenant des romans de Jane Austen.

Editions 10/18

1
1

Mansfield Park – Jane Austen
Editeur : Editions 10/18, 2012
Prix : 8,80€

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.