L’Arrachée belle, de Lou Darsan

Mon avis

Ce n’est certes pas une lecture idéale de Noël, quoique les fêtes puissent être particulièrement déprimantes pour certains d’entre nous. Mais alors quelle belle, quelle magnifique découverte que ce premier roman de Lou Darsan ! 

La lecture de L’Arrachée belle m’aura totalement bouleversée. Ce premier roman démontre d’une capacité exceptionnelle à décrire la dépression, l’isolement, la sensation du gouffre et la dépersonnalisation. Je ne résiste pas à vous donner ici une citation qu’il m’a tellement parlé : “Je suis comblée est devenu un credo. Elle s’est efforcée de se convaincre de sa véracité par sa récitation, jusqu’à ce qu’elle se déteste de son échec.”

Lou Darsan signe un texte éminemment poétique. C’est à la fois un roman et un long poème dans lequel l’autrice nous emmène par la main dans un long et lent cheminement, physique et intellectuel, vers le retour à soi, voire vers la découverte de soi. 

Nous découvrons aux premières pages une jeune femme, installée dans un couple et dans une vie qui n’ont plus de sens à ses yeux, dans laquelle est s’est perdue. Jusqu’au jour où son corps l’amène à prendre la route, à marcher, à avancer vers nulle autre destination que la découverte de soiDès lors, il faut accepter de ne pas tout comprendre et se laisser porter par la magnifique plume de Lou Darsan.

Cette découverte m’a donc sincèrement chamboulée, il est vrai que les éditions de la Contre Allée ont toujours été pour moi une valeur sûre. Je ne peux que vous inviter à découvrir sans plus tarder cette pépite de la rentrée littéraire de septembre dernier !

“Je suis comblée est devenu un credo. Elle s’est efforcée de se convaincre de sa véracité par sa récitation, jusqu’à ce qu’elle se déteste de son échec.”

1
Avis lecture L'arrachée belle Lou Darsan
1

Quatre amours – Cristina Comencini (trad. Dominique Vittoz)
Editeur : Editions Stock, 2020
Prix : 20€

La 4ème de couverture

Au centre de cette histoire, il y a le corps d’une femme, ses hantises et ses obsessions, & il y a la nature. C’est l’histoire d’une échappée belle,d’une femme qui quitte, presque du jour au lendemain, tout ce qui déterminait son identité sociale.

Elle sort de stase et se met en mouvement. Son départ est d’abord une pulsion, une sorte de fuite vers l’avant qui tient du road movie, avec de longues traversées de paysages en voiture, en auto-stop, puis à pied.
De la fuite et l’errance du départ, cette échappée va se transformer en nomadisme et en un voyage vers la réalisation de soi.

L’Arrachée belle, c’est une échappatoire à une situation vécue comme oppressante : une vie de couple dont la violence réside dans l’absence de relation, dans le vide entre les corps, dans les non-dits, l’incompréhension, la distance qui se creuse. J’ai voulu faire ressentir la violence de ces quotidiens subis, cette perte de sens qui est devenue pour la femme une absence au monde et à elle-même, et que l’on nomme en psychologie un syndrome de déréalisation et de dépersonnalisation, une façon de s’extraire de ce qu’on ne peut pas supporter, symbolisée par l’absence de prénom du personnage. 

Editions La Contre Allée

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.