Betty, de Tiffany McDaniel

Mon avis

Comment vous parler de Betty ??

Je ne vais pas vous présenter ce livre, d’autres l’ont déjà fait mieux que je ne saurais le faire.

Il y a quelques temps Betty était présent partout, encensé par vos critiques et pourtant, je n’avais pas envie de le lire. Il était omniprésent et à trop voir une couverture, l’envie de la tourner me passe. Et puis il faut dire que cette couverture, couleurs layette, ne m’inspirait pas du tout.

Il aura fallu une proposition de lecture commune pour que je me décide. Et… je suis conquise dès le prologue.

On est dans une histoire très noire, puissante, poétique. Une histoire de famille, de femmes, de violences, de secrets, de racisme. Mais aussi une histoire d’héritage (bon et mauvais), de transmission et de la puissance des femmes. C’est une histoire de sœurs, d’amour, de douleur, de mort.

Une histoire dans un bocal.

Ce livre m’a complètement happée. Dès que je l’ouvrais j’étais aux côtés de Betty, je me révoltais avec elle, j’avais mal avec elle. Et c’est souvent que l’on a mal dans cette histoire. Tellement souvent que l’on a parfois besoin de refermer le livre, de respirer quelques instants. D’ailleurs, pour cette raison, je vous conseille de le lire à plusieurs pour en débattre de temps en temps.

Ce qui m’a le plus touchée dans ce livre aux multiples thématiques, c’est cet héritage de la douleur et cette force que les femmes de la famille développent alors que la folie les guette.

Flossie, la sœur de Betty, dans un moment de lucidité terrible déclare : “La vérité, c’est qu’on a été maudites à l’instant où on est nées filles. Maudites par notre sexe lui-même et par le sexe en général.” Oh combien cette réflexion est juste pour ces jeunes filles ! Et il est difficile en tant que lectrice de ne pas se sentir emprisonnée par cette malédiction et pourtant, elles résistent les femmes de cette histoire, elles endurent, elles vivent !

Betty c’est bien plus que ce que je pourrais vous en dire en quelques signes. C’est un livre qui m’a émue, secouée, qui m’a donné envie de me battre ! C’est un livre à découvrir, si ce n’est déjà fait, dès que vous en aurez l’occasion.

“La vérité, c’est qu’on a été maudites à l’instant où on est nées filles. Maudites par notre sexe lui-même et par le sexe en général.”

1
1

Betty – Tiffany McDaniel (trad. François Happe)
Editeur : Editions Gallmeister, 2020
Prix : 26,40€

La 4ème de couverture

“Ce livre est à la fois une danse, un chant et un éclat de lune, mais par-dessus tout, l’histoire qu’il raconte est, et restera à jamais, celle de la Petite Indienne.”

La Petite Indienne, c’est Betty Carpenter, née dans une baignoire, sixième de huit enfants. Sa famille vit en marge de la société car, si sa mère est blanche, son père est cherokee. Lorsque les Carpenter s’installent dans la petite ville de Breathed, après des années d’errance, le paysage luxuriant de l’Ohio semble leur apporter la paix. Avec ses frères et sœurs, Betty grandit bercée par la magie immémoriale des histoires de son père. Mais les plus noirs secrets de la famille se dévoilent peu à peu. Pour affronter le monde des adultes, Betty puise son courage dans l’écriture : elle confie sa douleur à des pages qu’elle enfouit sous terre au fil des années. Pour qu’un jour, toutes ces histoires n’en forment plus qu’une, qu’elle pourra enfin révéler.

Betty raconte les mystères de l’enfance et la perte de l’innocence. À travers la voix de sa jeune narratrice, Tiffany McDaniel chante le pouvoir réparateur des mots et donne naissance à une héroïne universelle.

Editions Gallmeister

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.