Miss Islande, de Audur Ava Olafsdottir

Mon avis

Premier roman d’une autrice Islandaise que je lis.

Je n’ai pas été déçue !

Un roman féministe, engagé.

Hekla est une jeune femme islandaise. Très belle certes, mais pas que. Elle est aussi autrice. C’est un fait. Pas de doute à cela. Quoi qu’en pense la société.

Miss Islande parle de la situation des femmes dans une société en cours d’évolution. Années 60. Elles peuvent travailler, mais pas trop quand-même. Et puis, il va falloir faire un choix : c’est être une femme avec tout l’attirail qui fait les “vraies femmes” (mari, cuisine, enfants), ou être une travailleuse.

Miss Islande c’est aussi un livre sur la place des femmes dans le milieu intellectuel et artistique, univers jalousement gardé par les hommes. Ce point et le précédent m’ont beaucoup fait penser à La femme gelée d’Annie Ernaux. Paternalisme, harcèlement sexuel, inégalité des salaires, préparez-vous à côtoyer le patriarcat dans toute sa grandeur !

En fond enfin, et on le voit un peu dans la citation ci-dessous, il y a aussi l’injonction aux hommes de devenir de Grands Hommes, des génies, hétérosexuels surtout !

Et puis, Jón John.

Ce personnage fabuleux, doux, fort, poétique, merveilleux ami, amoureux des hommes, et qui tente de survivre à un monde qui lui est encore profondément hostile. Pour lui il n’y pas même pas l’illusion de pouvoir vivre sa vie, ses amours, normalement. Le niveau au-dessous de l’acceptation sociale. Il faut se cacher, subir et se taire. Ou fuir.

La tristesse d’un monde qui ne change pas assez vite. Et qui n’a d’ailleurs toujours pas fini de changer, 60 ans après.

Un roman que je vous recommande, même si je suis toujours frustrée de lire des traductions (en même temps Islandais deuxième langue, ça n’existait pas au collège).

“Ils ont à peine leur communion qu’ils endossent le rôle qui leur est inéluctablement assigné : être des génies. Peu importe qu’ils écrivent ou non. Tandis que les femmes se contentent de devenir pubères et d’avoir des enfants qui les empêchent d’écrire”.

La 4ème de couverture

Islande, 1963. Hekla, vingt et un ans, quitte la ferme de ses parents et prend le car pour Reykjavík. Il est temps d’accomplir son destin : elle sera écrivain. Sauf qu’à la capitale, on la verrait plutôt briguer le titre de Miss Islande.

Avec son prénom de volcan, Hekla bouillonne d’énergie créatrice, entraînant avec elle Ísey, l’amie d’enfance qui s’évade par les mots – ceux qu’on dit et ceux qu’on ne dit pas –, et son cher Jón John, qui rêve de stylisme entre deux campagnes de pêche…
Miss Islande est le roman, féministe et insolent, de ces pionniers qui ne tiennent pas dans les cases. Un magnifique roman sur la liberté, la création et l’accomplissement.

Editions Zulma

1
1

Miss Islande – Auður Ava Ólafsdóttir (trad. Éric Boury)
Editeur : Editions Zulma, 2019
Prix : 20,50€

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.