Quatre amours, de Cristina Comencini

Mon avis

Quatre amours fait partie de ces livres que j’ai acheté pour une belle couverture, bien mise en avant, en bout de rayon, et que j’ai décidé d’ouvrir sans attente particulière…

Je viens de le terminer hier soir et il se trouve que j’avais très envie de vous en parler. Voici l’histoire : Marta, Andrea, Laura et Pietro sont deux couples d’amis qui ont partagé chaque moment clef de leurs vies. Quand, au bout de vingt-cinq ans, leurs mariages respectifs volent en éclats, c’est le choc. La narration commence ici.

Quatre amours ou Da soli (seul) dans son titre original est indéniablement un livre sur l’amour. Mais attention, on parle ici de l’amour dans la vraie vie, ce qu’il devient après “ils vécurent heureux et eurent [quelques] enfants” (oui quelques enfants les gars, pas trop, faut pas exagérer, on a changé d’époque !). Bref Cristina Comencini, traduite par Dominique Vittoz en français – eh non je ne lis pas l’italien dans le texte – nous invite à suivre deux couples, redevenus quatre individualités suite à leurs séparations. Et là vous me dites : “comment ça, ce roman ne peut pas parler d’amour puisqu’il parle de séparation ?!” Mais c’est là où la vie est très forte, et Cristina Comencini encore plus pour avoir su l’écrire : ce n’est pas parce qu’on se sépare qu’il n’y a plus d’amour

Je vous disais donc – et j’insiste ! –  que Quatre amours, même si son titre original se traduira plutôt par “seul” et que l’histoire commence par la séparation de Marta et Andrea, puis de Laura et Pietro, est une histoire d’amour. Ce que j’ai pu lire dans ces pages c’est à la fois l’évolution de l’amour à travers le temps, jusqu’à sa disparition parfois. Mais aussi les différentes formes d’amour : chaque histoire d’amour est unique, chaque sentiment amoureux est différent. Et puis n’oublions pas, il y a aussi l’amour-propre, l’amour de soi qui passe souvent au second plan dans le couple et qu’il est difficile alors de retrouver quand on se retrouve seul.

Je remercie Cristina Comencini d’avoir cherché à dire le vrai – et Stock de l’avoir publié en France : un couple qui semble s’aimer n’est pas forcément plus heureux qu’un autre en son for intérieur ; à la séparation ce n’est pas toujours l’homme qui part la tête haute et la femme qui s’effondre ; celui qui part n’est pas forcément au comble de son bonheur tout de suite après, etc.

Ce que j’ai aussi beaucoup apprécié c’est ces personnages, bien plus âgés que les protagonistes habituels de romans d’amour : Marta, Andrea, Laura, Pietro approchent tous de la soixantaine (ils ont l’âge de mes parents). Alors certes ils se posent des questions que je ne pourrais pas me poser aujourd’hui, comprenant les réactions des enfants, l’arrivée des petits enfants. Mais à part ça, ils ont les mêmes préoccupations qu’un jeune de 25 ans qui se retrouverait seul après une longue vie de couple, l’amour est universel, le désarroi et la solitude amoureuse aussi

« Mon problème est le suivant : avant je vivais avec Laura et je couchais avec Sara. Maintenant que je suis libre, je n’ai plus aucune envie de la voir. Sans épouse, une maîtresse perd son sens. »

1
Quatre amours - blog lecture
1

Quatre amours – Cristina Comencini (trad. Dominique Vittoz)
Editeur : Editions Stock, 2020
Prix : 20€

La 4ème de couverture

Marta et Andrea. Laura et Piero. Deux couples d’amis qui ont partagé chaque moment clef de leurs vies. Quand, au bout de vingt-cinq ans, leurs mariages respectifs volent en éclats, c’est le choc. Comment réinvente-t-on sa vie à cinquante ans passés ? 

Entre nouveaux départs, rencontres inattendues et quiproquos, chacun des protagonistes va tenter, à sa façon, de s’approprier cette nouvelle vie qu’il faut avoir l’audace de saisir.

Editions Stock

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.