De Pierre et d’os, de Bérengère Cournut

Mon avis

Ici la mort est une compagne de route.

Bérengère Cournut nous invite dans les terres du Nord pour découvrir la dure vie des Inuits. Ici la mort est une compagne de route. La famine est si fréquente qu’on n’hésite pas à manger ses chiens, à peine à étouffer les nourrissons. C’est un univers rude, impitoyable, aux glaces meurtrières, où le partage est essentiel. Les inuits y forment des communautés d’entraide et de partage (c’est le cas de le dire), où tout est réparti équitablement, pour le bien et la survie de tous.

La jeune Uqsuralik, notre héroïne, se retrouve très jeune – le jour de ses premières règles – séparée de sa famille par une fracture dans la glace. Il faut alors survivre. Il faut marcher. Il faut manger. Et trouver, vite, un nouveau foyer. Une nouvelle famille. Pas le temps de s’apitoyer sur son sort. Il faut avancer.

Ce rythme, bien que justifié, m’a empêchée d’entrer pleinement dans l’histoire. Le récit est rapide. Trop à mon goût. Les événements s’enchaînent trop vite, Uqsuralik prend d’énormes décisions en un claquement de doigt. Je me suis sentie spectatrice, toujours avec un temps de retard. Presque dépossédée de l’histoire.

D’autant que je ne suis pas particulièrement touchée par les premières apparitions fantastiques.

Je suis pourtant intriguée par l’initiation au chamanisme, la relation aux esprits et la lecture des rêves. Encore une fois le récit vole à toute allure et je déplore le trop peu détail.

Je ne dirais pas que c’est une déception car l’histoire avait tout pour me plaire mais en tournant la dernière page, me reste cette impression d’une histoire restée en suspens.

Et vous ? vous l’avez lu ?

« ..Sous la peau de mon ventre, l’enfant bouge comme une vague, parfois comme un jeune harfang qui tente de prendre son envol. Je me demande d’où vient ce petit être. De la mer, du ciel ou de la toundra ? »

La 4ème de couverture

Dans ce monde des confins, une nuit, une fracture de la banquise sépare une jeune femme inuit de sa famille. Uqsuralik se voit livrée à elle-même, plongée dans la pénombre et le froid polaire. Elle n’a d’autre solution pour survivre que d’avancer, trouver un refuge. Commence ainsi pour elle, dans des conditions extrêmes, le chemin d’une quête qui, au-delà des vastitudes de l’espace arctique, va lui révéler son monde intérieur.

Deux ans après son roman Née contente à Oraibi, qui nous faisait découvrir la culture des indiens hopis, Bérengère Cournut poursuit sa recherche d’une vision alternative du monde avec un roman qui nous amène cette fois-ci dans le monde inuit. Empreint à la fois de douceur, d’écologie et de spiritualité, De pierre et d’os nous plonge dans le destin solaire d’une jeune femme eskimo. 

Editions le Tripode

1
Avis lecture De pierre et d'os Bérengère Cournut
1

De Pierre et d’os – Bérengère Cournut
Editeur : Editions Le Tripode, 2019
Prix : 19,00€

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.